Marc en mars: jour 5

LIRE MARC 2 v 23 - 3 v 12 

Tout commence dans le cœur 

A cause de deux actions un jour de sabbat, Jésus suscite la colère des pharisiens; il dit qu’il est « le maître du sabbat » (2v28). Les pharisiens sont choqués quand Jésus pardonne les péchés (2v7) et scandalisés quand Jésus mange chez « les pécheurs » (2v16). Maintenant, ils sont frustrés parce que Jésus ose faire du bien le jour du sabbat (3v4). Choqués, scandalisés et frustrés au point qu’ils vont s’unir à « des membres du parti d’Hérode » (3v6) pour planifier la mort de Jésus. Wow ! Les pharisiens étaient ennemis des hérodiens (les pharisiens se faisaient des ennemis assez facilement, ce qui est souvent le problème de ceux qui ne vivent pas sous la grâce !). Et pourtant, ce groupe d’hommes qui voulaient à tout prix garder la Loi juive va la violer en tuant Jésus. Comment est-il possible qu’ils aient pu ignorer leurs principes pour s’unir au parti d’Hérode et violer le sixième des dix Commandements? 


Marc nous donne la réponse quand il nous dit que Jésus est « profondément attristé par la dureté de leur cœur » (3v5). Tout commence dans le cœur : pour ceux qui veulent suivre Jésus, comme les premiers disciples et pour ceux qui veulent s’opposer à Jésus, comme les pharisiens. L’état de notre cœur est primordial. Que nous ne laissions pas de place à de la dureté dans nos cœurs mais plutôt que nous cultivions des cœurs purs, humbles et doux.

Priez le Notre Père (voir Matthieu 6 v 9-13)

Marc en mars: jour 4

LIRE MARC 2 v 13 - 22 

La vie d’un disciple de Jésus 

A nouveau, nous voyons Jésus près du lac de Galilée et encore une fois il n’est pas seul: « les foules venaient à sa rencontre » (2v13). Jésus voit un collecteur d’ impôts qui s’appelle Lévi (cet homme semble avoir deux noms – Lévi et Matthieu – voir Matthieu 9v9). Jésus lui adresse les deux mots qu’il nous dit à tous: « Suis-moi ! » (v14) C’est un appel à une vie de consécration à Jésus et l’appel pour tous les disciples de par le monde aujourd’hui. Mais, en quoi consiste cet appel ?

Quand Jésus a appelé les premiers disciples à le suivre au chapitre 1, nous avons vu un aspect important de la vie de disciple : sa promesse à Simon et André était « je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » (1v17). Jésus leur donne un but et une raison de vivre. C’est un appel avec un but et un objectif. Après avoir appelé Lévi à le suivre, Jésus mange chez lui ! Nous voyons donc que l’appel à suivre Jésus est relationnel. Jésus veut nous connaître. Il aime être avec les gens, il aime passer du temps avec eux, il donne une valeur aux individus – même aux « pécheurs » (2v16).

Nous sommes importants à ses yeux et en tant que disciple, Jésus devrait être notre priorité numéro 1 dans notre vie. C’est pourquoi en réponse à une question concernant le jeûne (2v18), Jésus parle des invités à un mariage qui veulent profiter de la présence de l’époux. Les disciples vont chérir la présence de Jésus tant qu’il est avec eux. Jésus veut chérir notre présence aussi. Nous sommes ses disciples qui ‘allons à la pêche’ avec lui mais aussi qui mangeons à table avec lui.  

Priez pour un(e) collègue ou un(e) voisin(e)

Marc en mars: jour 3

LIRE MARC 1 v 40 - 2 v 12 

Compassion, foi et pardon

Les foules continuent à venir à Jésus, sa réputation grandit et la pression augmente. Aujourd’hui nous voyons trois grands axes de son ministère : 

  1. la compassion : la motivation de Jésus. Jésus libère un lépreux qui, à genoux, lui demandait d’être guéri. Jésus le touche  (quel geste d’amour!) et « ému de compassion » (1v41) il prie pour lui.
  2. la foi : l’aimant de Jésus. Partout dans les évangiles, Jésus est fortement attiré par la foi des hommes et des femmes. Quand Jésus est confronté à la situation extraordinaire de cinq hommes qui ouvrent le toit d’une maison pour arriver à lui, il est touché par leur foi (2v5)
  3. le pardon : le geste divin de Jésus. Les spécialistes de la Loi sont choqués par cette situation. Mais ce ne sont pas les actions présomptueuses des hommes qui les offensent mais bien l’affirmation de Jésus qu’il peut pardonner à l’homme paralysé. Tous les habitants d’Israël au premier siècle savaient très bien que Dieu seul pouvait pardonner. Mais Marc nous a déjà dit que ce Jésus est « le fils de Dieu » (1v1) et « le Seigneur » (1v3). 

2000 ans plus tard, Jésus est toujours à l’œuvre avec la même motivation (la compassion), attiré par le même aimant (la foi) et toujours capable de nous pardonner. Le défi de le suivre reste valable pour nous tous, comme pour Simon, André, Jacques et Jean. Vivons-nous des vies motivées par la compassion? Vivons-nous par la foi? Avons-nous non seulement reçu le pardon de Jésus mais montrons-nous aussi le pardon envers les autres? 

Prendre un moment pour recevoir le pardon de Dieu dans votre vie et demandez-lui s’il y a quelqu’un à qui vous devez pardonner.

Marc en mars: jour 2

LIRE MARC 1 v 21 -39 

L’action mais aussi la prière

Nous voyons Jésus à Capernaüm, une ville importante près du lac de Galilée. Cette ville sera un des centres de son ministère où il fera beaucoup de miracles. Aujourd’hui, nous voyons Jésus enseigner le jour du sabbat dans la synagogue de Capernaüm. Le contenu de son enseignement ? Nous l’ignorons. Marc est plus intéressé par la réaction de ceux qui l’écoutent (ils «furent impressionnés » v22 et  « saisis de stupeur » v27) et par ce que fait Jésus. C’est l’action qui compte.

 Dans les versets suivants, nous voyons beaucoup d’actions :

  • v26-27: un homme troublé par un mauvais esprit est libéré par Jésus (libéré par  7 mots : encore une fois, l’action prime sur les paroles)
  • v30-31: la belle-mère d’un de ses disciples est guérie 
  • v34: beaucoup de malades sont guéris 

Quand Jésus est là, les signes du règne de Dieu apparaissent, signes que ce Jésus n’est pas un homme ordinaire mais vraiment le fils de Dieu (1v1) et qu’il mérite d’être suivi (1v18,20). Par ailleurs, cachée derrière les réactions des individus, le bruit de la foule et les miracles, Jésus a une habitude qui est un fil conducteur dans les 4 évangiles : la prière privée (v35). Tout le monde cherchait Jésus (v36) mais Jésus avait une priorité bien plus importante : son temps de prière avec celui qui avait proclamé: « Tu es mon Fils bien-aimé, tu fais toute ma joie » (1v11). 

Prendre un moment de prière pour un autre pays aujourd’hui.

Marc en mars: jour 1

LIRE MARC 1 v 1-20

Le commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ

L’Evangile de Marc est l’évangile le plus court et le plus rapide du Nouveau Testament. Marc se dépêche. Son Evangile est comme un film d’action hollywoodien : il y a du mouvement, des surprises, du tumulte. Nous y trouvons bien sûr des enseignements de Jésus mais pas de longs discours comme dans les autres évangiles. Marc préfère l’action. La naissance et l’enfance de Jésus n’y sont pas relatées – ni bergers ni rois mages. Marc s’intéresse à l’action de Jésus adulte. 

Au tout début de son récit, Marc nous révèle l’identité de Jésus. Il nous dit trois choses concernant Jésus dès les trois premiers versets: 

  1. Son arrivée est une bonne nouvelle (c’est le sens du mot ‘évangile’ au v 1)
  2. Jésus est le Fils de Dieu (v1)
  3. Jésus est le Seigneur attendu dans l’Ancien Testament (v3)

En citant ces aspects de Jésus, Marc veut susciter notre réaction :  Comment réagissons-nous face à ce Jésus? Ici, nous voyons trois réactions formidables :

  1. Jean-Baptiste qui  « prépare le chemin » pour son cousin et qui souligne la supériorité de Jésus 
  2. Dieu le Père qui déclare son amour inconditionnel pour son fils « bien-aimé »
  3. Les premiers disciples qui immédiatement abandonnent tout pour suivre Jésus 

Et nous ? Au début de ce parcours, comment réagissons-nous face à Jésus, le fils de Dieu? Utilisons cette étude pour nous donner à Jésus, le sujet de cette « Bonne Nouvelle ».

Envoyer un SMS d’encouragement à un membre de votre famille aujourd’hui