L’humilité: partie 2

« Mes frères et sœurs, quand vous passez par toutes sortes d’épreuves, considérez-vous comme heureux. Car vous le savez : la mise à l’épreuve de votre foi produit l’endurance. » Jacques 2 v 2-3

La semaine passée nous avons vu l’importance de l’humilité, une valeur clé dans le Royaume de Dieu et dans la vie de notre communauté. Mais comment grandir dans cette valeur? 

La formation était vraiment importante dans ma démarche, comme j’étais impatiente par nature et Dieu dans sa grâce m’a souvent conduit dans les livres qui parlent des « 40 ans dans le désert » Pourquoi ? Il m’a fallu quand même du temps pour comprendre que les Israélites avaient vraiment besoin du temps pour devenir entièrement dépendants de Dieu, pour changer leur cœur dur en cœur vivant, pour être humble et à l’écoute devant notre Seigneur. Car c’est comme ça qu’on peut accomplir tout ce que Dieu nous demande à faire et la façon qu’Il nous demande à faire pour son Royaume. Tout comme eux dans le désert on doit nous-même être à l’écoute et on doit vouloir être formé et être changé. 

Combien de temps dure notre formation ? Ça dépend de notre choix : vivre pour soi-même et utiliser le Seigneur comme une tire-lire de bonté envers nous ou donner notre vie, nos principes, nos envies, notre volonté réellement à notre Seigneur tout puissant? Dieu ne veut pas faire de nous des ballons de mauvaises qualités qui explosent instantanément quand on les gonfle trop rapidement et trop fort. Dieu veut qu’on soit fort et solide. Comment ? Comme avec le baptême, on doit faire mourir notre « moi » pour vivre entièrement dans l’Esprit de Dieu. Ce ne sont pas que des mots ! Pouvoir être humble devant Dieu ça se travaille tous les jours, on meurt chaque jour pour vivre une vie réelle. En réponse il nous donne l’occasion, la force, l’audace à agir, à vivre et il nous donne aussi la paix à être confiant dans son Royaume. Que nous puissions nous remplir avec la force de Dieu en se mettant à genoux devant lui, car tout est en Lui et pour Lui ! Amen

Post par Adrienn Cicero

L’humilité : partie 1

« Vous voulez être fort ? Soyez humble ! »  Sándor Márai

Il y a quelques années en lisant l’un des livres de cet écrivain cette phrase m’a frappé. C’était l’époque où je me sentais seule. Je priais tous les jours Dieu mais je n’avais pas l’impression que ça servait à quelque chose. Honnêtement si je n’étais pas aussi fière, vaniteuse de toujours réussir, orgueilleuse de ne jamais abandonner, j’aurais déjà tout laissé tomber depuis longtemps.

Mais cette phrase m’a touchée et très rapidement ma prière « Dieu aide-moi » est devenue « Dieu change-moi ! » On doit changer le « moi » indépendamment du problème ou des gens qu’on doit affronter, même quand on nous blesse. Il n’y a pas de moyen de raconter toute l’histoire que j’ai commencé à vivre avec Dieu mais je vous assure Dieu a beaucoup d’humour, encore plus de patience et un amour immense pour nous.  À travers tous ces enseignements je vous partage 10 leçons vis-à-vis de l’humilité :

  • L’orgueil peut se cacher dans les actes les plus nobles 
  • Même une bonne action de notre part peut blesser profondément quelqu’un mais d’être facilement vexé pourrait être une indication de l’orgueil dans le cœur
  • Aider quelqu’un, avoir la compassion pour une personne ne veut pas dire prendre la place de Dieu dans sa vie
  • Jésus est le seul à juger quand, comment et pourquoi changera ou pas une personne et souvent c’est à nous de changer avant toute chose. Personne ne changera car elle ne nous plaît pas.
  • L’humilité et la modestie n’ont pas la même signification et parfois même au contraire
  • Être humble devant Dieu nous rend courageux et audacieux dans la vie et nous pousse aussi envers les autres
  • Être humble c’est de savoir pertinemment que nous ne sommes rien sans Dieu, mais nous sommes tout en Lui.
  • Dieu nous forme et la durée de la formation parfois dépend de nous mais ça se passe rarement comme on imagine. Il veut souvent travailler notre orgueil 
  • Nos dons ne nous rendent pas tout puissant, sans Dieu on fait des œuvres petites et éphémères.
  • Et surtout n’oublions pas les paroles de Paul en Romains 11 v 36: « tout vient de lui, tout subsiste par lui et pour lui. A lui soit la gloire à jamais ! Amen. »

Post par Adrienn Cicero

La grâce: quelle bénédiction !

Il y a plusieurs années il y avait un chant pour enfants dont la première ligne était : « la grâce, c’est Dieu qui nous donne les choses que nous ne méritons pas ». Ce sont des paroles simples mais si tout chrétien pouvait vraiment en capter la profondeur, cela ferait une différence énorme dans beaucoup de domaines.

Le point de départ et source de toute bénédiction

La grâce est le point de départ de la vie chrétienne. Nous sommes « sauvés par la grâce » (Éphésiens 2v8) mais ce n’est que le début ! Toute bénédiction spirituelle, toute bonne chose matérielle, toute joie relationnelle que nous expérimentons viennent de la grâce de Dieu – que nous nous en rendions compte ou pas. La grâce fait partie de la nature de Dieu – il donne de bonnes choses même à ceux qui ne le reconnaissent pas car il ne peut pas être autre que lui-même. Nous lisons en Luc 6v35 que Dieu « est bon pour les ingrats et pour les méchants ».

Soyons les fils du Très-Haut

Et nous ? Dieu nous demande d’agir comme lui, d’être « les fils du Très-Haut ». C’est quand même un défi ! Face à celui (ou celle) qui nous offense, qui nous énerve, qui profite de nous, qui nous ignore, sommes-nous prêts à le combler, à lui faire du bien, comme si c’était notre meilleur ami, notre enfant, notre mère, notre sœur ? Une piste pour y arriver est de se poser la question suivante : est-ce parfois j’offense Dieu, je l’énerve, je profite de lui, je l’ignore ? Si notre réponse est oui, et si nous nous réjouissons du fait que Dieu continue à nous combler, à nous faire du bien malgré notre manque de mérite, cela peut nous aider à agir comme lui envers les autres qui ont autant peu de mérite que nous.

Post par Sue Cathie

Le service: la marque du christianisme authentique

Pourquoi le service est-il une valeur clé pour nous? Que voudrions-nous dire par ‘le service’?  

Jésus a dit « Car le Fils de l’homme n’est pas venu pour se faire servir, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup » Marc 10 v 45. Le service de Jésus était le service ultime – le don de sa vie pour les autres. Il était “Le Serviteur”.

Si Jésus, notre Seigneur est venu pour servir les autres, il est inconcevable que ses disciples feraient autrement. Le christianisme authentique est toujours marqué par une attitude de service accompagnée des actes de service.

L’attitude de service commence avec l’humilité et la considération de l’autre avant soi-même. Il est difficile d’imaginer un vrai service rendu par une personne orgueilleuse ou arrogante. Les actes de service révèlent l’attitude de service, mais en même temps ils alimentent l’attitude de service. Si vous désirez développer une attitude de service, il faut commencer à servir les autres sans vous attendre au remerciement ni récompense.

L’apôtre Paul a dit aux chrétiens à Galates « Mettez-vous au service les uns des autres (Gal 5 v 3). Le service commence avec le principe « les uns les autres », mais s’étend plus loin dans le monde qui nous entoure. Les chrétiens du premier siècle (et plus tard aussi) prenaient soin de leurs orphelins et de leurs veuves, ainsi que des personnes sans emploi, des pauvres, des blessés, des malades et des personnes incarcérées. Ils envoyaient de la nourriture en temps de famine aux autres églises. Quand la peste a envahi Carthage et Alexandrie en 250, un grand nombre de chrétiens sont restés dans ces villes au risque de leur propre vie afin de prendre soin des malades et des mourants. Pendant le troisième siècle après J-C beaucoup d’hôpitaux étaient construits et soutenus par les églises ou par les chrétiens qui en avaient les moyens.

Nous nous servons les uns les autres car Christ nous a servis. Nous servons toute personne car Dieu aime toute personne. Nous avons le privilège d’être ses mains et ses pieds, c’est-à-dire son corps, dans ce monde meurtri mais merveilleux que Dieu a créé. Comme l’apôtre Jacques a dit : « Montre-moi ta foi sans les actes, et je te montrerai ma foi par mes actes » Jacques 2 v 18.

Post par David Cathie

Le travail d’équipe: une valeur du Royaume de Dieu

Le travail d’équipe – au cœur de notre Créateur

La Bible nous dit que nous sommes créés à l’image de Dieu. Nous sommes donc créés avec la possibilité de vivre les valeurs et les caractéristiques qui font partie intégrale de notre Créateur. La générosité, la grâce, la créativité, la patience sont tous des aspects de la nature de Dieu que chaque être humain a le potentiel de vivre. On pourrait dire que ces choses font partie de notre « ADN spirituel ». Le travail d’équipe est aussi un aspect fondamental de la nature de Dieu. Dieu est Trinitaire – le Père, le Fils et l’Esprit travaillent en équipe! Ils sont complémentaires et ils vivent en parfaite union entre eux. Ils sont l’incarnation de notre expression « l’union fait la force » !

Le travail d’équipe – la méthode de choix de Jésus et de Paul 

Jésus a choisi de travailler en équipe. Il voyait comme essentiel la formation de douze hommes avec qui travailler pour accomplir sa mission. Il les a formés, il les a envoyés sans lui en mission et ils ont travaillé ensemble en véritable équipe. L’apôtre Paul a également choisi de travailler en équipe. Tous les voyages missionnaires de Paul étaient faits en équipe. Il parlait de ses « collaborateurs » dans la mission (voir Romains 16 et 1 Corinthiens 3) et il enseignait que les églises devraient être dirigées par plusieurs responsables. Le « one man show » n’était pas une option pour Paul!

Le travail d’équipe – et nous?

En tant qu’église nous voulons toujours essayer de vivre cette valeur importante. Elle reflète le cœur et la nature de Dieu et nous voulons suivre l’exemple de Jésus et de Paul. Que CCB soit une église remplie de « collaborateurs » de l’évangile où chacun peut trouver sa place.

Post par Richard Ellwood

L’hospitalité: une mentalité avant d’être une réalité

Comment mettre en pratique notre valeur « l’hospitalité » pendant le confinement ? L’hospitalité se manifeste surtout par l’accueil de l’autre autour de notre table, ce qui est impossible pour l’instant. Alors devons-nous mettre cette valeur de côté pendant quelques mois, pour nous concentrer sur d’autres choses ? Est-ce que la fermeture de notre porte risque de nous mener à la fermeture de notre cœur ?

L’enjeu est réel

Ne sous-estimons pas l’enjeu. Nous nous disons que nous aurons du plaisir à nous revoir, à revoir nos voisins, à nous inviter les uns chez les autres, à nous serrer la main, à nous donner la bise, à nous prendre dans les bras – mais la réalité risque d’être très différente. Une peur d’être contaminé par l’autre est en train de s’installer, ce qui pourrait impacter notre valeur « hospitalité ».

Sans crainte et avec foi

Pour l’instant, nous nous plions aux consignes venant du gouvernement, mais sommes-nous en train de nous préparer mentalement pour la prochaine étape, pour l’assouplissement, pour la possibilité de se voir en groupe de 5 ou 10 ou 15 personnes ? Notre maison sera-t-elle ouverte ? A qui ? A notre famille seulement ? Aux personnes de l’église ? Aux voisins ? Aux inconnus ? L’hospitalité est une mentalité avant d’être une réalité – que nous regardions en face nos propres réticences et que nous demandions l’aide de Dieu pour que le moment venu nous suivions sans crainte et avec foi sa consigne : « Exercez l’hospitalité les uns envers les autres sans murmurer » (1 Pierre 4 v 9)

Post par Sue Cathie

La générosité : donner vous fait du bien

La générosité est une de nos valeurs d’église qui forme notre vie.

Le slogan de notre première église en Angleterre était « Donner vous fait du bien ». Réfléchissez-y en répétant lentement : « Donner … vous … fait … du bien ». Cette église avait l’habitude de donner deux tiers de l’offrande pour la mission. Pendant nos 6 ans comme membres de l’église, l’offrande et le montant donné augmentaient de l’année en année.

Le slogan était basé sur de ce que Paul a écrit à l’église à Corinthe : « celui qui sème abondamment moissonnera abondamment … car Dieu aime celui qui donne avec joie … Dieu vous comblera de toutes sortes de grâces » (2 Corinthiens 9 v 6-11)

Qu’on parle de la générosité financière ou – encore plus importante – d’une générosité d’esprit (le pardon), de nos biens ou de notre temps, le fruit d’une vie généreuse est l’enrichissement dans plein d’autres domaines.

Si nous donnons, cela permet à Dieu de nous redonner encore plus d’une façon ou l’autre. Dieu n’est pas un distributeur automatique qui redonne 10€ ou même 100€ pour chaque euro donné. Donner veut dire qu’il peut multiplier nos ressources – inclus le temps! Une attitude de générosité démontre que nous ne nous accrochons pas à tout prix à ce qu’il nous a confié mais que nous le passons aux autres. La générosité est un signe que nous devenons comme Jésus.

Pensons aux avares, aux radins – pouvons-nous dire qu’ils sont heureux, bénis, aimés, sans soucis? Donner nous fait du bien, mais ce n’est pas la raison pour laquelle nous sommes généreux. Nous sommes généreux à cause de la générosité et la grâce abondantes de Dieu envers nous en Jésus-Christ.

Que pouvez-vous donner aujourd’hui? A qui pouvez-vous donner aujourd’hui?

Post par David Cathie

Nos Valeurs: La formation

S’écarter pour apprendre

La formation est la troisième de nos quatre valeurs clés au CCB, et le sermon sur la montagne donne l’exemple de Jésus qui forme ses disciples. Beaucoup d’enseignants bibliques pensent que le sermon sur la montagne regroupe une série d’enseignements donnés aux disciples à plusieurs occasions différentes. Jésus a retiré ses disciples de leur vie quotidienne et les a pris à part sur une colline, afin de les enseigner par des phrases percutantes et les images mémorables. En Matthieu 5 – 7, nous avons le résumé de cet enseignement.

Apprendre veut dire changer

Le but de l’enseignement est l’apprentissage, et le fruit de l’apprentissage est le changement. Imaginons que c’était toi et moi qui apprenions aux pieds de Jésus pendant ce temps à l’écart. Nous lisons que les foules étaient “frappées par son enseignement” (Matthieu 7 v 28) mais que s’est-il passé après? Jésus était très clair: “il faut changer. Il faut mettre en pratique mes enseignements”. Combien ont eu un changement radical ? Plus tard Jésus prend l’exemple d’un joug: “Prenez mon joug et recevez mes instructions”. (Matthieu 11 v 29) Devenez mon serviteur. Ecoutez ma voix. Apprenez de moi. Soyez sensible à ma voix. Devenez mon disciple.

Changer à travers la formation

Porter un joug était difficile pour un bœuf. Il y résistait au départ et il lui fallait du temps pour s’y accoutumer. Mais il apprenait et il changeait, et cela devenait plus facile pour lui et plus agréable pour son maître. Que vous dit Jésus, notre enseignant, à propos d’apprendre et de changer? Est-ce le moment pour vous de feuilleter les pages de la “Formation Le Chemin” que nous avons distribuée en février et de choisir un des cours (le lien est en bas) ? Voulez-vous étudier un sujet spécifique de votre choix avec un mentor? Ou vous joindre à un cours pratique qui vous aidera à développer l’habitude de vous nourrir de la parole de Dieu chaque jour (que nous lançons après Pâques avec Sue) ?

Jésus est notre enseignant. Sommes-nous à son écoute?  Est-ce que c’est le moment de vous mettre à l’écart avec lui et de passer du temps dans son école de formation?

Post par Dave Cathie

Nos valeurs: Les relations

« Et il y en a un second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la Loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements.» Matthieu 22 v 39

Dieu nous a créés pour les relations – la relation avec lui, et les relations les uns avec les autres. Notre valeur « l’Adoration » souligne notre appel de vivre en relation intime avec Dieu le Père. Notre valeur « les Relations » souligne notre appel de vivre en relation proche les uns avec les autres. Le magnifique récit en Genèse 1 et 2 décrit étape par étape les merveilles de la création. A chaque étape Dieu affirme que sa création est « bonne ». Mais en Genèse 2 v 18, le ton change et Dieu voit la première chose qui n’est pas « bon » – Adam, qui est seul. Dieu voit que l’être humain, le point culminant de sa création, aura besoin d’un vis-à-vis pour le compléter. Et Eve est créée.

Tout au long du déroulement de l’histoire biblique, Dieu cherche un ensemble de personnes, une famille. Abraham sera Père d’une nation et source de bénédiction pour le monde entier. Plus tard, un peuple opprimé qui sort de l’esclavage en Egypte deviendra une nation. Ils reçoivent la Loi, un code de vie qui les apprendra comment vivre en communauté et à son cœur se trouve le commandement cité par Jésus en Matthieu 22 « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique 19 v 18)

Et nous ? Comment vivre cette valeur importante quand nous ne pouvons même pas nous fréquenter ?! A CCB, les petits groupes sont là pour nous aider à mettre en pratique ce commandement de Jésus. Pendant cette période d’incertitude, j’encourage chacun à accentuer le contact avec les personnes de son groupe : un coup de fil, un SMS, une vidéo WhatsApp, un mail ou un Skype. Nous sommes peut-être absents physiquement les uns des autres, mais faisons en sorte de rester « présents » les uns à côté des autres autant que possible pendant cette période. 

« Il n’est pas bon que l’homme soit seul ». Nous sommes créés pour les relations – vers le haut avec notre Créateur, ainsi que les uns avec les autres. Cherchons à vivre ces deux relations en tout temps.

Nos valeurs: L'adoration

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. »  Matthieu 22 v 37 – 38

Nous sommes appelés à vivre une vie d’adoration. Nous sommes appelés à vivre une vie qui donne gloire à Dieu. Notre plus grand appel est d’aimer le Seigneur de tout notre cœur. C’est un défi de suivre ce commandement pendant cette période de crise où le monde entier est focalisé sur une seule chose. Dieu nous appelle, en toutes circonstances, de centrer nos yeux sur Lui. 

La lecture de la Bible quotidienne et la prière sont d’une importance primordiale pour garder notre regard sur l’essentiel. Personnellement, j’ai choisi d’essayer de lire ma Bible le matin avant de voir les actualités sur mon smartphone – c’est un challenge! Mais, je veux tout d’abord entendre la voix de Jésus avant que j’entende les dernières infos! L’adoration dépasse de loin ces deux bonnes habitudes, mais ce sont des manières concrètes de garder le cœur sur Jésus et vivre une vie d’adoration.

La louange est aussi une excellente façon pour exprimer notre adoration envers Dieu. Pourquoi pas jeter un coup d’oeil sur la playlist YouTube de CCB pour écouter quelques chants que nous chantons régulièrement ensemble?